Les forces signature


Tel que spécifié dans la section Définition et petite histoire, la psychologie positive représente l'étude des processus et conditions menant au fonctionnement optimal des individus, groupes et organisations (Gable & Haidt, 2005, tel que cité par Dubreuil, Forest, Girouard & Crevier-Braud, 2011)[1]. Ainsi, tout individu ayant un intérêt envers ce concept peut se poser la question suivante: Comment réussir à atteindre une performance et un fonctionnement organisationnel optimal et qu’est ce que cela implique au juste?
Nos Forces et celles des autres : Comment en optimiser l’usage au travail? (Dubreuil et al, 2012); est un article nous permettant de porter une réflexion face à ce sujet et de trouver quelques éléments de réponses à nos questionnements. Celui-ci met en évidence l’importance de connaître nos forces et de tenter de les développer. Que ce soit sur le plan individuel ou organisationnel, le fait de porter une attention à ses forces représente un constituant majeur de la psychologie positive. En effet, ceci a un impact majeur sur la performance individuelle et collective.

Investir dans ses forces

De façon générale peu d’individus sont conscients de leurs forces. En effet, «seul le tiers d’entre nous est capable de nommer spontanément ses forces (Hill 2001, cité dans Dubreuil et al, 2012) et uniquement 17% croient les mettre à profit la plupart du temps au travail (Buckingham 2007, cité dans Dubreuil et al, 2012)». Ceci est principalement causé par le fait qu’on ait tendance à se concentrer à améliorer nos faiblesses plutôt que d’investir dans nos forces, et ce, même si ceux-ci constituent notre zone de rendement maximal. Dans notre culture, on a tendance à croire que «notre plus grand potentiel de développement se situe dans nos faiblesses, et non dans nos forces. En effet, 62% des canadiens pensent que le fait de connaître leurs faiblesses et d’y remédier, plutôt que d’investir dans leurs forces, les aiderait plus à exceller dans leur vie (Hodges et Asplund 2010, cité dans Dubreuil et al, 2012). Pourtant, les études démontrent le contraire, puisque notre plus grand potentiel de développement se situe dans nos forces (Frederickson 2003 et Sherldon et al, 2003, cité dans Dubreuil et al, 2012). Ces dernières favorisent l’atteinte des objectifs professionnels et élèvent les niveaux généraux de vitalité et de concentration au travail (Linley et al, 2010 et Forest et al, 2012, cité dans Dubreuil et al, 2012). Une étude émise par le Corporate Leadership Council démontre que les organisations dont les superviseurs mettent l’accent sur les forces individuelles de leurs subordonnés augmentent en moyenne la performance de leurs employés de 21.3%. De plus, une autre étude, faite par la firme Gallup, stipule que les gestionnaires qui reçoivent une rétroaction basée sur leurs forces individuelles augmentent en moyenne les profits de leurs départements de 8.9% comparativement à ceux qui n’ont en pas reçu (Hodges et Asplund 2010, cité dans Dubreuil et al, 2012). Ainsi, le fait de connaître, développer et exploiter les forces de chacun des membres d’une organisation peut s’avérer grandement bénéfique, notamment sur le plan financier et humain.
Qu’est-ce qu’une force?Une force se définit comme étant l’aptitude à fournir régulièrement une performance quasi parfaite dans une tâche (Rath 2007, cité dans Dubreuil et al, 2012). D’ailleurs, il est très important de distinguer une force d’un talent. De façon générale, le talent est un concept beaucoup plus large puisqu’il fait référence au savoir-faire ainsi qu’aux diverses compétences et capacités d’un individu (Silzer et Dowell 2010, cité dans Dubreuil et al, 2012). De plus, celui-ci ne touche pas plus que 20 à 30% des employés, tandis qu’une force peut être développée par l’ensemble des membres d’une organisation (Silzer Church 2009, cité dans Dubreuil et al, 2012). On retrouve trois déterminants majeurs permettant de distinguer la présence d’une force chez un individu :
  1. L’aspect naturel, soit l’authenticité d’une force;
  2. La haute performance, c’est-à-dire, le fait d’aboutir au succès, la facilité, l’apprentissage rapide et le fonctionnement optimal dans une tâche;
  3. L’énergie, soit la présence d’une vitalité et d’un enthousiasme lors de l’accomplissement d’une tâche ou action.

Comment reconnaître ses forces?Il existe trois principales façons permettant de reconnaître nos forces, soit l’utilisation d’instruments de mesure des forces (Tests), l’observation de soi (Introspection) et la rétroaction des proches. Une combinaison de ces trois méthodes nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur cet aspect.
I) Tests de découverte des forcesOn retrouve trois différents tests nous permettant de découvrir et mesurer nos forces. Il est important de spécifier que ces tests ne permettent pas d’aboutir à une réponse clairement définie, mais servent plutôt à titre d’indicateurs catégorisant nos forces. Le tableau 1, ci-dessous, indique clairement les caractéristiques et spécificités de chacun de ces outils.
Sans-titre-1.jpg

II) L’introspection
Cette méthode peut être complémentaire aux tests présentés précédemment. L’observation de soi implique l’identification de trois éléments déterminant les forces d’un individu, soit l’authenticité, la performance et le gain d’énergie. Le tableau 3, ci-dessous est outil permettant à l’individu, à travers des questions précises, de reconnaître ses forces.
ScreenShot001.jpg

III) La rétroaction des prochesCette approche est basée sur une analyse d’un ensemble de témoignages provenant des gens entourant l’individu en question. Celle-ci est constituée de trois étapes. Tout d’abord, il faut solliciter les rétroactions des gens entourant l’individu en leur demandant de nommer des circonstances où celui-ci a été à son meilleur. La seconde étape implique le fait de regrouper les réponses sous forme de thèmes, et ce, en incluant celles qui ont été obtenues lors l’introspection. La classification sous forme de thème permettra d’analyser le degré d’uniformité des réponses obtenues. Finalement, la troisième étape consiste à faire une synthèse de l’ensemble des réponses obtenues. Cette dernière servirait ainsi de guide permettant de résumer les forces d’un individu ainsi que les situations où son implication peut être grandement bénéfique pour l’organisation ou son entourage.

Conclusion

Contrairement aux divers mythes présents au sein de notre culture, le fait de s’attarder sur nos forces, plutôt que sur nos faiblesses, nous offrent un plus grand potentiel de développement et ainsi, une plus ample possibilité d’accroissement de performance organisationnelle. Cependant, ceci ne signifie pas qu’il faut négliger l’importance de reconnaître ses faiblesses et de tenter d’y remédier. En plus d’être assez au faite de ses forces, il est essentiel de les utiliser efficacement. En effet, «une mauvaise utilisation d’une force peut rapidement transformer celle-ci en une faiblesse». (Biswas-Diener et al, 2022, cité dans Dubreuil et al, 2012). Pour ce faire, chaque individu doit se concentrer à effectuer des tâches suscitant son intérêt et mettant en valeur ses forces. C’est ce qui permet éventuellement, de faire un travail de meilleure qualité et donc, d’améliorer son rendement.


Bibliographie
Dubreuil, P., Forest, J., Girouard, S. et Crevier-Brand, L. (2011). La psychologie positive. L'approche basée sur les forces. Psychologie Québec. Volume 28, no.4. pages 22-26.
DUBREUIL Philipe, FOREST Jacques, COURCY François. «Nos Forces et celles des autres: comment en optimiser l'usage au traval?, Gestion, vol 37,no 1, Printemps 2012, p. 63-73

Subject Author Replies Views Last Message
Mon résultat au test VIA Lucille2 Lucille2 1 197 Jun 15, 2012 by patbourgoin patbourgoin
Les forces signatures elguig elguig 3 333 Jun 1, 2012 by patbourgoin patbourgoin